Mardi 10 septembre 2013 2 10 /09 /Sep /2013 00:07

Pour votre information, la juge d'instruction qui vous a été présentée à l'émission n'est pas du tout la juge d'instruction qui a mené l'instruction à son terme.

 

C'est une jeune novice qu'on a envoyée "au carton" sur un dossier difficile qui l'a manifestement dépassé. Ne sachant pas qu'il fallait instruire à charge et décharge, elle avait l'habitude de demander aux plaignantes :

"Confirmez-vous vos déclarations précédentes ?", sans jamais chercher à les remettre en cause.

 

Au final, au bout d'un an, elle a été dessaisie du dossier. La magistrate qui a repris le dossier a mis 3 ou 4 mois à le reprendre en main (15 mois de perdu).

 

Cette même magistrate, plus éclairée, a osé relâcher M. Lé-Dinh pendant un an contre l'avis du parquet de Foix qui a fait appel en vain.

Par soutienledinh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 9 septembre 2013 1 09 /09 /Sep /2013 23:47

L'émission d'hier de "faites entrer l'accusé" a été incontestablement un chef d'oeuvre d'impartialité à charge.

 

Tout y était : toute une série de faits matériellement impossibles, les petits lits pour suggérer la pédophilie, une "excellente" répartition des interventions accusation/défense. (1h20 contre 10 mn)

 

Seul point positif, on a laissé à peu près Maître Martial déployer ses arguments, mais c'est seulement pour les rares qui ont regardé jusqu'à la fin et qui ont tenté le difficile défi d'essayer de prendre du recul.

 

On y reviendra petit à petit.

Par soutienledinh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 septembre 2013 5 06 /09 /Sep /2013 00:15

Cette bande « annonce » a été relayée bien sûr par la dépêche du midi qui a mis sa touche personnelle et d’une grande profondeur de réflexion journaliste, en rajoutant juste « la sordide affaire ».

 

La bande « annonce » est en soit un chef d’œuvre de synthèse des arguments avancés par l’accusation pour faire condamner Tang.

 

Plutôt que de se disperser à la reprendre point par point, parions que ce n’est qu’un leurre pour placer au départ le téléspectateur dans la certitude que  Robert Lé-Dinh est un gourou pervers et manipulateur.

 

En lisant cela, qui est capable de ne pas garder un préjugé défavorable et durable sur l’affaire ? Rassurez-vous les membres de ce comité de soutien peuvent eux aussi tomber dans les mêmes travers en croyant que pour d’autres affaires, la presse a dit vrai.

 

L’émission en question passera une première fois, dimanche 8 septembre à 22h10 pour une durée de 1h35. De loin, la plus longue émission réalisée sur l’affaire. Peut-être aussi ( ?) une des plus longues de « Faites entrer l’accusé », accusé qui n’entrera pas cette fois-ci, mais ce n’est sans doute que partie remise.

 

Nous ne manquerons de commenter rapidement cette émission après sa diffusion.

Par soutienledinh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 septembre 2013 5 06 /09 /Sep /2013 00:07

C’est la phrase que l’on entend dire régulièrement pour justifier 10 ans de prison à un homme qui a eu l’audace d’avoir plusieurs relations sentimentales, c’est forcément un salaud.

 

Scientifiquement, on peut dire qu’il peut y avoir de la fumée sans feu. Journalistiquement, on peut aussi le dire sans se tromper, et ce, même si le journaliste effectue correctement son métier.

 

Si l’on réfléchit un instant, on se fait largement « enfumer » par les médias et les dirigeants de la planète qui sont toujours dans le « feu » de l’action pour répandre le bien sur la planète. On nous présente la vérité prédigérée, c’est comme dans la Rome Antique, il faut des jeux de cirque au peuple pour qu’il déverse ses émotions, ses violences sur quelque chose de peu risqué pour le pouvoir en place.

 

Les américains avaient utilisé le gigantesque bobard des armes à destruction massive des méchants Irakiens. Ce coup-ci avec la Syrie, c’est peut-être vrai que ce sont les hommes de Bachir El Assad qui ont utilisé les armes chimiques. Mais les américains ont aussi les moyens de le faire croire car leur objectif premier est de trouver une fois de plus un prétexte. On voudrait nous faire croire à une mission humanitaire. On serait sans doute fort surpris en apprenant là aussi le dessous des cartes.

 

Concernant l’affaire Lé-Dinh, on peut penser qu’il y a un dessous des cartes que l’on trouvera ni dans la presse ni dans le dossier, ni sur ce blog.

 

Le verdict du procès d’appel unique dans les annales judiciares à lui tout seul, peut engendrer la réflexion : « Il y a quelque chose qui cloche dans tout ça »

Par soutienledinh
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 6 septembre 2013 5 06 /09 /Sep /2013 00:04

Au début de l’été, RTBF, à l’insu total du comité de soutien a réalisé une émission dans devoir d’enquête. On n’apprend que peu de choses vu que l’émission qui dure 30 mn est basée uniquement sur les images de l’émission qui elle dure 2 fois plus longtemps.

l’émission qui a fait un travail remarquable d’objectivité, avec le peu d’éléments dont il disposait.

 

Au mois d’août, c’était le tour de Zone interdite.Dommage que le journaliste « indépendant », était un des rares à avoir assisté au procès et à avoir autant d’éléments en sa possession. Il devait sans doute avoir l’intime conviction que Robert Lé-Dinh était coupable, car il fait complètement l’impasse sur les coups de théâtre du procès et surtout sur le verdict final d’une surprenante incohérence judiciaire, assez unique dans les annales.

 

Pourquoi cette impasse sur son devoir journalistique ?

 

Comme les autres, il présente des affirmations des accusateurs, de leurs avocats et de l'ADFI, sans chercher à recouper et à présenter la version de la défense, alors que lui en avait les moyens.

Par soutienledinh
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus